Montagnes

Aiguille de la Sainte-Victoire

Aiguille de la Sainte-Victoire (0 m)

Posté le mardi 12 octobre 2010 à 22:38:40

Massif: Massif de la Sainte-Victoire, Provence (France)

Activité: Randonnée

Difficulté: Difficile

Altitude: 0 m

Dénivelé: 0 m

Horaire: 4 h et 30 minutes

Description: La Sainte-Victoire, sommet mythique s'il en faut, alors qu'il ne culmine à peine qu'à mille mètres d'altitude ! Et pourtant, peint et re-peint par Cézanne, cette immense barre calcaire est devenue une icône provençale internationale ! En faire l'ascension, c'est un peu rentrer dans le sérail des personnes qui "ont fait" le sommet provençal par excellence ! Alors, pas d'hésitation, un ami américain de passage, et hop, nous voilà sur le tracé jaune, le fameux pas de la savonnette qui porte bien son nom ! L'avantage de ce tracé est sa rectitude. On est dans le ventre de la Sainte-Victoire, dans les entrailles de LA montagne, jusqu'au sommet. Après avoir dépassé le refuge Cézanne (encore !) on monte droit sous une grande barre surplombante que l'on contourne sur la droite. On revient alors côté Ouest, par la vire ascendante assez facile mais raide et pleine de cailloux instables. Après quelques minutes, on arrive au fameux pas de la savonnette équipé d'une lourde chaine. Cependant, il faut avoir de bons bras pour franchir l'obstacle, ce qui n'est pas donné à tous. On peut l'éviter (ce qui est le cas cette fois-ci) en poursuivant la vire, et en trouvant des pointillés jaunes qui permettent de reprendre plus haut le fil du chemin. Attention, même avec la variante, il faut avoir le pied sûr et le regard pointu pour trouver le passage au milieu de dalles calcaires blanches et lisses. Une fois le chemin normal retrouvé, la suite est évidente entre les barres parfois impressionnantes qu'il faut contourner. Des passages plus ou moins raides permettent de monter très haut sans trop de difficultés, même si ce chemin est décommandé aux personnes sujettes au vertige ou ayant l'équilibre précaire. Après une traversée amusante, on arrive au second passage clé du chemin, une courte cheminée surplombante de deux mètres de haut. Avec le vide autour, le passage n'en prend que plus d'ampleur. Il nécessite cependant de bien se positionner, et de faire extrêmement attention où les pieds doivent être mis, le rocher étant bien poli par les multiples passages. Déconseillé aux âmes sensibles ! sauf avec une corde. Après la suite est plus facile, même si le chemin est de plus en plus aérien. Un dernier ressaut amène à la crête sommitale de laquelle on rejoint en quelques minutes le prieuré du 17ème siècle et la grande croix. Retour par le sentier noir et le trou du Garagaï (recommandé mais avec le pied très sûr) ou les sentiers bleus et rouges ramenant vers la face Ouest, et la pas d'Escallette. En une heure, la boucle est bouclée. Merci Cézanne, on connaît mieux ta montagne ! A noter que le sentier jaune est très difficile pour un randonneur moyen, et nécessite une corde pour assurer les deux passages clés. Le retour par le même sentier est possible mais probablement une galère...

Précautions: Le passage du pas du Berger est très délicat, mais au-dessus de nombreux passages athlétiques à la limite de l'escalade, avec du vide, sont présents et peuvent être bloquant.

  Téléchargez le fichier GPS (format *.gpx)

Carte IGN® avec le tracé (format *.jpg)


Carte Googlemap® avec le tracé

Retour

[+733]     [+4]     Partager: